lundi 31 décembre 2012

Les équations démocratiques


Alors que le Conseil constitutionnel vient de montrer au Gouvernement qu’il doit inscrire sa politique dans une certaine continuité, je viens conclure l’année sur ce blog-notes en vous dévoilant les 3 syllogismes implacables qui fondent la prise d’otages dont nous sommes tous victimes consentantes, comme si au syndrome de Stockholm succédait un mal démocratique.

Souvenez-vous, au moment où la loi va permettre ce que la nature interdit, notre projet de société reste fondé sur 3 certitudes :

  1. Nous vivons en démocratie
  2. Si tu travailles bien à l’école tu auras un emploi
  3. C’est moins cher dans les hypers.



A la manière des hommages au Grand Babu, ces incantations qui me rendent furax lobotomisent les cerveaux aussi sûrement que les émissions de TF1. Car si elles nous rendent heureux, ces certitudes ne valent pas grand-chose…

Le syllogisme démocratique

Un pays dans lequel il y a des élections est une démocratie.
En France, des élections sont régulièrement organisées.
La France est une démocratie.

C’est tout, et ça ne souffre aucune contestation. Formidable, non ? Après, pas de polémique. Entre les élections, les institutions fonctionnent normalement… La rue reste le théâtre privilégié des débats de fond. L'urne, jamais.

Le syllogisme scolaire

Un bon diplôme te permet d’avoir un emploi.
Quand tu travailles bien à l’école, tu obtiens un beau diplôme.
Quand tu travailles bien à l’école tu es sûr d’avoir un emploi.

Et là, depuis quelques semaines on voit partout des affiches portant comme slogan : « sans diplôme tu trouveras du boulot ». Génial ! Et je dis quoi à mon amphi lundi ? Bon, je sais, les statistiques démontrent par diplôme un taux d’employabilité plus élevé pour ceux qui en sont pourvus. D'ailleurs sans diplôme tu trouves peut-être du boulot, mais c'est pas dit que tu le gardes... Demandez aux 6 jeunes varois embauchés à la CAF (lire ici). Ils ont découvert que pour avoir un emploi il fallait travailler. Dur dur... Enfin, il n’en reste pas moins que ce qui compte, c'est le talent ! J’ai toujours été persuadé – je le suis encore – que les diplômes sont fait pour les gens qui n’ont pas de talent.

Le syllogisme moins cher

La grande distribution vend des produits pas chers.
Les Français font leurs courses dans les hypers
Les Français font des économies en faisant leurs courses.

Qui est le moins cher… des distributeurs. N’allez pas chez votre épicier, c’est un escroc. C’est le même slogan… Normal ? Continuez à acheter 24 yaourts moins chers à l’unité pour en jeter 12 passés de date (lire ici). A la fin, vous en auriez acheté 4 puis 4 puis 4 à l’épicier du quartier, il n’aurait pas fermé, et vous n’auriez sans doute pas payé tout cela plus cher. Achetez aussi des tomates labellisées "du terroir deci ou delà", mais qui n'ont pas poussé dans la terre. Allez-y, encouragez-les…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre participation à cette conversation. Votre message sera mis en ligne après modération.
Cordialement,
Marc Guidoni