jeudi 17 novembre 2011

Rigueur : les économies de l'Etat

501 millions d’euros. Voilà la somme que l’Etat doit trouver pour conserver la dignité financière nécessaire au financement de sa dette par les marchés, le fameux, tristement fameux, ‘AAA’ des agences de notations.

Concrètement, voici comment…en 7 mesures.

  1. Instauration d’un jour de carence pour les agents civils et militaires :120 millions d’euros ;
  2. Réduction des dépenses de communication des ministères, hormis l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et la Sécurité routière : 36 millions d’euros ;
  3. Réduction des dépenses de fonctionnement des ministères de la Défense, du Budget, de l’Intérieur, de l’Agriculture et des services du Premier ministre : 75 millions d’euros ;
  4. Réduction des dépenses de personnel au ministère de l’Écologie :10 millions d’euros ;
  5. Réduction des budgets des opérateurs de l’État : 24 millions d’euros, dont France Télévisions (15 millions d’euros), INA (1 million d’euros), Arte (1 million d’euros), AEF (1 million d’euros), Radio France (2 millions d’euros), Centre des monuments historiques (2 millions d’euros) et Maison de l’histoire de France (2 millions d’euros) ;
  6. Réduction des dépenses d’investissement ou d’infrastructures : 91 millions d’euros, dont 42 millions d’euros au ministère de la Défense, 40 millions d’euros au ministère de l’Écologie (crédits de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France) et 9 millions d’euros au ministère de la Justice ;
  7. Réduction des dépenses d’intervention discrétionnaires : 145 millions d’euros, dont 7,4 millions d’euros aux Affaires étrangères, 8 millions d’euros à l’Intérieur, 13,5 millions d’euros à l’Agriculture, 13 millions d’euros aux Anciens Combattants (rentes viagères), 15 millions d’euros à l’Écologie (crédits garantie du risque locatif et astreintes Dalo), 10 millions d’euros à l’Outre-mer, 50 millions d’euros au ministère des Solidarités, 10 millions d’euros au ministère du Travail, 2 millions d’euros au ministère de la Ville (crédits du secrétariat général du comité interministériel des villes et de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), 2 millions d’euros à l’Éducation nationale (subventions aux associations dans l’éducation primaire) et 2 millions d’euros au ministère des Sports (subventions aux fédérations sportives).

Info glanée sur Acteurspublics.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre participation à cette conversation. Votre message sera mis en ligne après modération.
Cordialement,
Marc Guidoni