mardi 27 avril 2010

Bien rédiger son introduction

Partie essentielle de la composition, votre introduction doit permettre au correcteur de mesurer votre capacité à situer et exploiter le sujet proposé.

Longue d’une à deux pages, pas moins, elle contient un élément déterminant, la problématique, destiné à convaincre le lecteur que la question posée a un réel intérêt, et que vous allez l’aider à en être persuadé. On le dit, la note est quasi jouée à la fin de la lecture de l’introduction.


De fait, vous allez rédiger votre introduction de manière très “pédagogique”, afin d’expliquer simplement la signification du sujet, puis d’en préciser les éléments de fond. Ce premier exposé terminé, vous justifierez votre axe de réflexion (problématique) et indiquerez comment vous le poursuivrez.
Deux méthodes concurrentes permettent d’introduire un sujet. Il y a l’entonnoir, plus classique, et l’approche en sablier, qui n’est qu’un développement de la première mais qui convient mieux aux sujets de droit public. Il permet en effet de situer précisément le sujet sur un plan juridique, tout en abordant ses enjeux plus théoriques ou historiques.

Quelques conseils et mises en garde :
-    On trouve toujours une problématique (c’est un exercice quotidien que de se demander ce qui se cache vraiment derrière une question simple). L’enjeu, c’est savoir si celle que l’on trouve est bonne, c’est-à-dire qu’elle est suffisamment structurante pour nous permettre d’utiliser nos connaissances pour trouver une solution.
-    Votre introduction ne doit pas être un catalogue de connaissances plus ou moins en rapport avec le sujet (tentation de montrer que l’on en sait plus que nécessaire à la résolution du sujet) même s’il est opportun de l’utiliser pour écarter des éléments secondaires (le correcteur va apprécier votre capacité à sélectionner les éléments clefs alors que vous montrez maîtriser le sujet dans sa globalité) ;
-    Votre entrée en matière ne doit pas être vague, donnant l’impression d’être interchangeable. Entraînez-vous à composer, mais ne standardisez pas vos approches.
-    Si, face à un sujet plutôt « droit constitutionnel », un recours à l’histoire peut faciliter l’approche du sujet, généralement le contexte ne se limite pas à un rappel historique, ni à une actualité immédiate.
-    L’introduction doit montrer votre capacité à prendre de la distance par rapport à vos connaissances. L’une des manières les plus efficaces peut être le recours à une petite phrase d'accroche humoristique, ou une opinion personnelle. Si ce type de lancement a l’avantage de susciter l’intérêt d’emblée, surtout par sa rareté, il faut ensuite se montrer à la hauteur de son impertinence.

Consulter la méthodologie complète de la dissertation de droit public

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre participation à cette conversation. Votre message sera mis en ligne après modération.
Cordialement,
Marc Guidoni