samedi 25 septembre 2010

Temps de travail des cadres : question de porosité

Samedi, dimanche, week-end, vacances ... des concepts d'ouvriers tout ça. Dans le peuple des cadres chacun sait que l'avenir appartient à ceux qui n'arrêtent jamais de plier leur emploi aux exigences de leur travail. Ce n'est pas une légende, c'est du vécu. Mais,  étonnez-vous, c'est si courant qu'il y a même une thèse sur la question. Oui, Émilie Genin appelle ça (durant près de 500 pages) la "porosité des temps personnels et professionnels". Et je viens de découvrir sur un blog qui se consacre au quotidien de ceux qui peinent à concilier vie perso et vie professionnelle.

Au hasard de la lecture (du blog, je me plonge dans la thèse dès que j'ai fini ce billet) on y découvre que les hommes sont plus sensibles à cette réalité qui n'illustre pas forcément une déviance dans la perception de la valeur travail. Bien sûr, on peut faire un lien entre l'envahissement de la vie privée par le travail et l'ambition du cadre, mais aussi son implication dans la réussite de son entreprise. Mais on pourrait aussi y voir une manière de passer plus de temps hors du bureau, près des siens dont la présence, voire l'assistance (merci chérie) permettrait un gain en efficacité. Définitivement intéressant, non ? Je rajoute ce blog (http://en-aparte.over-blog.com/) dans ma liste, faites un saut de temps en temps. Et bon week-end quand même ! Je retourne bosser.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre participation à cette conversation. Votre message sera mis en ligne après modération.
Cordialement,
Marc Guidoni