samedi 3 juillet 2010

L’affaire Nutella

En quelques jours, la firme italienne Ferrero a vu son produit phare (autour de 200 000 tonnes vendues chaque année) devenir un enjeu dans la politique de santé européenne. Annoncée d’abord comme non conforme aux règles en cours d’élaboration, la pâte à tartiner trop riche, trop grasse et trop sucrée est dès le lendemain blanchie des accusations que faisait peser sur elle la lutte contre l’obésité.


La vérité sur les règles en préparation

Le Parlement européen réuni le 16 juin a bien adopté un projet qui prévoit que les étiquettes devront obligatoirement préciser la quantité de cinq nutriments essentiels dans les produits alimentaires: énergie, glucides avec une référence aux sucres, lipides, acides gras saturés et sel. Une autre disposition concernera les profils nutritionnels, destinée à garantir les consommateurs contre les prétendues qualités de certains produits pour la santé (cf. la polémique sur Actimel de Danone).

La vérité sanitaire

Si l’on suit la logique européenne, notre liberté alimentaire va se réduire rapidement. A l’extrême inverse de la liberté d’expression qui permet aujourd’hui de tout dire, reportant la liberté à la capacité de ne pas écouter, on s’apprêterait à ouvrir une nouvelle période de prohibition. Il ne s’agira pas d’agir contre l’alcool ou le tabac, mais contre des aliments qui exposent, en cas de consommation régulière, à des troubles de la santé.
 
Et le nutella ?

Composé à plus de 60% d'huile et de sucres, Nutella est-il donc dangereux ? Bien évidemment, la question n’était pas d’interdire la vente de Nutella, mais la menace d’une inscription ‘favorise l’obésité’ sur les célèbres pots restait crédible. Quelques communiqués de presse plus tard, l’opération se mue en campagne publicitaire pour l’industriel italien.

Ce qui frappe, dans cette affaire abondamment relayée par les médias internationaux, c’est évidemment le niveau de réaction. Un véritable scandale planétaire qui concerne un simple produit alimentaire ! Il est vrai que, à l’instar du Coca-Cola, Nutella c’est un secret de fabrication top secret, d’autant plus que, rapporte un chroniqueur de Slate.fr, il est le seul produit capable de provoquer un plaisir intense associé à une dépendance lourde sans pour autant contenir de substance réellement psychoactive.
 
A lire pour faire le tour du sujet :
Jean-Yves Nau, le Nutella ressuscité, Slate.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire et votre participation à cette conversation. Votre message sera mis en ligne après modération.
Cordialement,
Marc Guidoni